SpeakUP et le baromètre social de l’entreprise – Startup du jour #10

Retrouvez nos conseils sur tous les aspects du télétravail :

SpeakUP

Partager cet article 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Créée en 2016 par Florian Cordel et Valentin Kiselak, tous les deux passés par l’EM business Lyon, HPI (Human Predictive Intelligence) vient secouer le secteur des RH. Elle propose aux entreprises d’adapter les techniques de gestion habituellement utilisées à destination des clients, mais pour ses collaborateurs. 

Ainsi, HPI est la première startup qui se définit comme un ERM (Employee Relationship Manager). L’entreprise veut améliorer la productivité des ressources humaines et donner aux entreprises la chance d’améliorer concrètement la qualité de vie au travail ou le climat social, notamment en interrogeant les salariés. Cet outil veut ainsi donner une nouvelle vision de la relation entreprise – salariés, qui peut bien révolutionner la façon de se comprendre.

L’enquête interne réinventée 

L’entreprise mère HPI propose une suite logicielle dont le fer de lance est SpeakUP. Cette application en SaaS est un outil d’enquête auprès des collaborateurs. La grande force de cet outil est avant tout dans la méthodologie « Pulse » qui est utilisé pour mener les enquêtes et créer un baromètre social constamment mis à jour.

Les enquêtes « Pulse » ont vocation à offrir un vrai baromètre social de l’entreprise, qui sera mis à jour au fil des jours et des mois. Le concept est d’envoyer régulièrement aux collaborateurs des questions auxquelles ils peuvent répondre de manière anonyme. Il faut moins de 3 minutes pour répondre aux quelques questions, et c’est l’envoi sur une base régulière qui va permettre de créer  une vue représentative du climat social. 

Les questions envoyées font partie d’une bibliothèque thématique déjà largement fournie par la startup et permet à chacune des entreprises de créer son propre cheminement de questions. Plus de 200 questions ont été rédigées en collaboration avec les psychologues de la startup, pour être le plus optimisées possibles.

L’innovation au service des RH

Evidemment, c’est sur la facilité d’utilisation que veut miser la startup. Pour se démarquer, elle propose une interface efficace et ergonomique qui va aider à booster l’utilisation du service en entreprise. Tout est pensé pour que le retour utilisateur soit facilité. 

Avoir de l’information pour les RH est souvent une vraie difficultée. Alors l’anonymat est aussi garantie à la plateforme, permettant à chacun de s’exprimer de manière beaucoup plus libre que dans un entretien en tête à tête par exemple.

La startup veut aussi innover du côté métier, elle permet par exemple aux service RH de récupérer cette donnée à travers un canal sécurisé . Plus que ça le SaaS produit et délivre automatiquement des reportings clairs qui permettront de tirer rapidement les meilleurs insights.

Ainsi, ce premier logiciel d’enquête propose une expérience d’un côté comme de l’autre, pour améliorer les échanges d’information entre les deux partis.

SpeakUp propose ainsi de faire des audits d’entreprise en rentrant par les RH, mais aussi le CSE grâce à son outil, vous pouvez l’essayer gratuitement !

Accompagner l’entreprise dans ses transitions

Dans le même sens, la startup peut accompagner les entreprises dans tous les moments structurants, mais tendu de l’entreprise, où le mouvement social est le plus important. On parle par exemple de grandes restructuration interne, ou même de la fusion avec une autre entreprise. 

Ces moments, comme celui d’un déménagement sont créateur de doutes d’incertitudes et de non-dits qui ne sont pas toujours capté par le management. Un outil comme celui-ci va permettre de déminer rapidement toutes les tensions liées à l’évolution de l’entreprise.

Un focus sur les grandes entreprises

L’entreprise, encore toute récente, communique peu sur clients actuels On peut compter parmi eux SNCF Réseau, Vinci, ou la région Rhône-Alpes Auvergne. Avec ses clients locaux, la startup démontre quand même sa capacité à apporter de la valeur à des groupes d’envergure nationale, ou même des institutions. 
Pourtant, elle a l’air de viser la totalité du marché, propose trois pricing différents :
– 4 euros/ mois / collaborateur jusqu’à 250 collaborateurs
– 3 euros/ mois / collaborateur jusqu’à 1000 collaborateurs
– 2 euros/ mois / collaborateur à partir de 1000 collaborateurs
La startup ne peut être déployé qu’à partir de 20 collaborateurs, et on comprend bien qu’en dessous, celle-ci n’est pas vraiment utile.

L’information : la grande asymétrie du télétravail

La création de nouveaux canaux de communication est le grand sujet du télétravail. En étant à distance quelques jours par semaine, il va falloir définir de nouvelles façon de faire remonter l’information, au bon service et au bon moment. Plus que tout, il faudra être en mesure d’avoir une vision claire et complète des dynamiques qui animent les collaborateurs. 

Nous avons un surplus d’information qui arrive par de nombreux canaux et il est aujourd’hui indispensable de sectoriser et de donner au métier les données qui vont lui permettre de mener sa mission à bien. 

Dans ce sens, des outils comme SpeakUp vont faire beaucoup pour le télétravail et la QVT en général : ouvrir des discussions, soulever des dysfonctionnements. Ce sont toutes ces informations qui étaient parfois ditent autour de la machine à café, et qui ne trouvent désormais aucune oreille.

Libérer la parole malgré le manque de moments informels est un sujet d’une grande importance, il permet de ne pas créer de scission entre le management et les collaborateurs. Plus que tout l’idée de suivre le bonheur de ses salariés va faire plus de sens, et il convient de développer des outils enc e sens.

Enfin le télétravail et plus largement le Future of work, va voir émerger une nouvelle forme de gouvernance et d’organisation des entreprises, chacun aura le droit à une parole égale dans la création de la culture d’entreprise. 

Pour s’aligner sur ces valeurs et créer la discussion il faut pouvoir libérer la parole initiale, et cela sur le temps long. C’est tout le pilotage QVT de l’entreprise qui doit être révolutionné en passant d’un mode ponctuel à un travail récurrent et plus automatisé. C’est par exemple ce que fait la startup HappyPal.

Un secteur en plein développement 

Depuis 2016, la startup est incubée dans l’accélérateur de l’EM Lyon, elle a remporté le prix du jury du programme d’accélération de start-up Digital Booster EMLyon-Cegid. En novembre 2018, HPI s’est associé de manière partenariale et capitalistique au groupe JLO, spécialisé dans l’accompagnement de la qualité de vie au travail. Celui lui permet de délivrer une prestation de qualité mais aussi de donner un coup d démarrage à cette prometteuse startup. 

C’est comme cela qu’elle dépasse le stade d’éditeur de logiciel pour venir s’intégrer totalement dans tous les process de l’entreprise. Ainsi on espère que sa solution pourra dévoiler tout son potentiel dans les prochaines années !

Découvrez nos autres articles de la section "COMPRENDRE"